Compte rendu de la réunion du comité Mulhouse 178 du 17 février 2017

De en-marche68
Aller à : navigation, rechercher

Réunion du comité local Mulhouse 178[modifier]

  • 17 février 2017
  • 28 personnes présentes à la réunion

On accueille ce soir en particulier aux vues du thème de la réunion Patricia Schillinger, sénatrice Haut –Rhin, et Patrick Striby élu région Saint-Louis ; ils se présentent et insistent sur l’importance de l’action sur le terrain et des relations directes auprès des citoyens.


Organisation, points de fonctionnement, vie du comité, actions à venir[modifier]

Opérations passées[modifier]

Tractage en ville au marché de Mulhouse ; Laurent S parle de cette première expérience positive pour lui ; le tractage en binôme avec pour les nouveaux l’encadrement par des anciens permet de prendre plaisir tout en étant efficace et d’oublier l’appréhension initiale ; des adresses mail ont été collectées.

Affichage à Mulhouse : première séance mercredi dernier sans problème, les affichages ont tenu plusieurs jours !

Opérations à venir[modifier]

Une discussion s’ouvre sur la stratégie à mettre en œuvre pour mieux connaître les possibilités d’un maximum de personne disponibles pour les actions, les coordonner et amplifier sur l’ensemble des secteurs que cela soit urbain ou rural.

Il faudra se renseigner sur les marchés locaux des villages ; boiter ou tracter toujours au moins à deux ; faire les sorties d’usine, les fac à Mulhouse, les vallées…

Au final, une fiche faite par Jean Frédéric Baechler est distribuée pour que chacun y note ses disponibilités en terme d’action de terrain.

Je joins cette fiche à ce compte rendu pour que ceux qui ne l’auraient pas fait la remplissent le plus rapidement possible et la renvoie à Jean Frédéric par mail au infojefweb@gmail.com


Claire Daix propose de mettre en place un doodle pour recenser ce que chacun pourra s’engager à faire et selon chaque secteur du sud 68. Merci de répondre au mail de Claire pour le doodle !

Il faudra coordonner ces deux supports. JF a créé un nouveau fichier excel suite à la prise en compte des fiches de disponibilité individuelle à l’action.


La prochaine action est prévue pour le samedi 25 février ; à l’origine sur Mulhouse, on a appris depuis que cela devra se faire en milieu rural sur conseil du national, qui organise une grande journée sur le milieu rural ce jour là.

De tout cela monte la certitude de devoir s’organiser et se coordonner rapidement ; sur la proposition de Laurent Bernhard, J Frédéric pourrait coordonner l’ensemble des actions de type tractage boitage affichage sur le secteur sud 68 en coordination avec le responsable mobilisation Gabriel Dewallens.

Soyez donc disponible pour le samedi 25 février, des infos complémentaires vous arriveront d’ici là !

Formation à l’action de terrain[modifier]

On propose que cela soit l’objet de la seconde partie de la prochaine réunion de comité le 24 février ; On pourra utiliser les conseils de Leila référente régionale donnés lors de la formation reçue récemment, On fera aussi un atelier « 8 réponses » où les personnes se répartissent en deux groupes et étudient les 8 propositions du dernier tract d’EM et, soit en explication, soit en « riposte-objection », analysent en quelques minutes dans une sorte de jeu de rôle les propositions du tract.

Préparation des argumentaires concernant les orientations d’EM[modifier]

Je joins un premier fichier élaboré par un animateur de comité en France Il reprend les principales propositions déjà dévoilées On peut commencer à le retravailler ; l’idéal est de se répartir en petits groupes qui analysent chacun un des thèmes. Lors de la réunion des animateurs à venir du lundi 20, on verra pour se coordonner au niveau de tout le 68 pour ce travail pour ne pas faire deux fois le même travail. (à réaliser au mieux dans les 15 jours à venir !), et définir les groupes selon les comités.


Particularismes du 68[modifier]

Patricia fournira un document de synthèse sur ce sujet ; on en discutera lors de la réunion du 3 mars


La vie démocratique[modifier]

La vie démocratique

Quelques éléments de discussion ci dessous ; pas de réponse aux questions par manque de temps…

Une discussion s’est ouverte sur le cumul des mandats avec P Schillinger et P Striby ; l’un et l’autre défendent le pour et le contre de ces mesures. Ils ne faut pas que le député ou sénateur soit « hors sol » et déconnecté de sa circonscription. Ce serait le risque en cas de non cumul.

Les électeurs dans leur vote reconnaitraient le travail fait sur le terrain par leurs représentants et de ce fait leur font confiance. Le parlementaire a besoin de lien avec les citoyens et de relations d’empathie ; la présence trois jours au moins par semaine sur Paris rend cela parfois difficile. On fait remarquer de l’importance du maillage des territoires représentés par le parlementaire. Comment assumer correctement présence en séance dans les assemblées, en commissions et faire du terrain ? Qu’est ce qui est le plus important ?

On insiste sur la nécessité de renouvèlement des personnes nous représentant. La campagne pour être député est très onéreuse. Il est nécessaire de susciter l’envie au citoyen de s’impliquer dans la vie politique publique. Il est posé la question des professionnels de la politique ; que deviennent ils quand ils cessent leur fonction ? Leur reconversion n’est pas toujours facile

Référendum : la discussion est animée, le peuple français est il prêt à ce type de démocratie plus participative ? (en Suisse par exemple c’est courant). On reconnaît l’importance de la participation citoyenne, l’existence de conseils citoyens dans chaque ville et leur poids croissant. Pourquoi ne pas organiser des référendums sur le net, ce serait plus facile, moins couteux etc, mais cela empêcherait certains de voter.

Des promesses non tenues, des lois non appliquées donnent le sentiment d’un manque d’efficacité et entraient une déception chez les électeurs. Le vote en France est souvent devenu un vote de défiance, un vote contre, et pas une adhésion.

Les institutions paraissent en retard par rapport à l’évolution de notre société. On note une complexité administrative forte en France, liée à son histoire. La possibilité d’un président qui se confronte chaque année à son programme et ce qu’il en a déjà fait : sur le plan législatif, ce n’est pas très possible en France, en raison d’une absence de responsabilité politique du président de la république dans les textes (à la différence du premier ministre qui peut être obligé de démissionner). Pour faire évoluer cela, il faudrait changer la constitution et passer en 6ème république.


En définitive[modifier]

La prochaine réunion est prévue le Vendredi 24 février dans la même salle du Lerchenberg à 18H30 sur le thème de la ruralité, la présence d’un représentant responsable départemental de la FNSEA n’est finalement pas possible.

Une seconde partie de la réunion sera orientée sur la formation aux actions de terrain


Merci encore à tous. Bonne semaine.

Thierry CL